Le MEDEF a raison : nous ne sommes pas du même camp

Communiqué de la liste « À Saint-Etienne, place au peuple ! »

Nous avons appris dans l’édition du Progrès du samedi 1er mars que le MEDEF avait interpellé cinq des têtes de liste pour l’élection municipale de Saint-Etienne (Olivier Longeon, Hubert Patural, Gaël Perdriau, Gabriel de Peyrecave et Maurice Vincent).

Comme personne, au vu de cette énumération, ne pourra prétendre cette fois que la sélection s’est faite sur la base des sondages, nous prenons comme un honneur que le MEDEF ne se soit pas adressé à notre liste « Place au peuple ! » Il a bien raison : nous ne sommes pas dans le même camp : nous ne partageons ni les mêmes objectifs ni les mêmes valeurs, nous ne défendons pas les mêmes intérêts.

Il n’est pas surprenant que le MEDEF poursuive localement son œuvre de lobbying, encouragé en ce sens par l’oreille très attentive que lui prêtent le Président Hollande et le gouvernement, beaucoup plus qu’aux organisations syndicales de salarié-e-s. En revanche, la place que lui donnent les médias et la plupart des candidat-e-s est inquiétante pour la démocratie, et révèle à quel point la plupart des organisations politiques sont soumises aux intérêts des plus riches. Il y a urgence à développer une alternative !

Cet organisme ne peut en effet aucunement prétendre parler au nom des entreprises en général, et surtout pas au nom des petites entreprises de la Loire. Défenseur des grands actionnaires, des entreprises du CAC 40 et des multinationales, le MEDEF est loin de nos propositions en faveur des emplois locaux et non délocalisables.

Le MEDEF n’apprécie pas nos positions ? C’est logique car nous n’apprécions pas ses attaques contre les salaires, le droit du travail, les droits sociaux. Alors que les gouvernements successifs continuent de démanteler les droits des salarié-e-s et la protection sociale, le MEDEF n’est jamais satisfait et en demande toujours davantage.

Ainsi, aujourd’hui, il entend s’attaquer au statut et aux droits des intermittents du spectacle et ainsi fragiliser la diversité de l’offre culturelle et la création.

De même, alors que, dans le cadre du « Pacte de responsabilité », Hollande et le gouvernement ont annoncé 50 milliards d’euros de réduction de plus des dépenses publiques et 30 milliards d’euros de réduction supplémentaire des prétendues « charges » pour les entreprises (c’est-à-dire de cotisations qui servent à financer notre protection sociale), le MEDEF refuse même d’entendre parler de toute espèce de contrepartie chiffrée ou contrôlable dans les discussions ouvertes avec les syndicats.

Pour notre part, nous serons aux côtés des organisations syndicales qui mobiliseront le 18 mars contre le « Pacte de responsabilité » et contre l’austérité, tout à l’opposé de ce que défend le MEDEF : rendez-vous mardi 18 mars à 11h devant la bourse du travail de Saint-Etienne pour manifester et le 23 mars dans les urnes pour défendre une alternative sociale, écologique, démocratique et solidaire. Place au peuple !

Le-MEDEF-a-raison

Pour la liste « A Saint-Etienne, place au peuple ! », Belkacem Merahi et Christine Calandra
Liste de rassemblement du Parti de Gauche, d’Ensemble ! (membres du Front de gauche) et de citoyen-n-es
Publicités
Cet article, publié dans Communiqués, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.